Sélectionner une page

Tous les mardis soirs, ARTE diffuse une série de documentaires qui portent sur un thème particulier. Ce rendez-vous hebdomadaire s'appelle "Thema". Perso, je suis assez fan.

La deuxième partie de la "Thema" de mardi soir était consacrée à l'"alt-right", l'ultra-droite américaine.

 

 

Si les documentaires diffusés mardi soir donne un reflet exact de ce qu'ils sont, ces mouvements sont flippants parce qu'ils se développent, se structurent et ont des projets super radicaux. Là où l'extrême droite actuelle insiste sur l'arrêt ou la limitation de certains phénomènes (immigration, islam, homosexualité, féminisme, etc.), l'alt-right met l'accent sur la séparation ou la suppression de ces phénomènes : c'est-à-dire qu'il s'agirait, par exemple, de créer un état blanc ou de tuer toutes les populations non désirables qui sont présentes sur leurs territoires. Carrément.

 

Richard Spencer est à l'origine du terme "alternative right"

 

Conséquence de cela : à l'avenir, le concept de nation, qui repose sur une histoire et des valeurs communes, sera de plus en plus menacé par des tendances identitaires qui se basent sur la culture, la religion ou l'ethnie. Par exemple, alors que la création d'un état blanc est un projet ethnique de l'alt-right, l'Etat Islamique en est très similaire à la différence près que le projet est religieux.

Bref, le futur des extrêmes et de l'extrême droite en particulier se jouera à fond sur le terrain des identités.

 

En 2017, des affrontements violents entre des antifas et des membres de l'alt-right avaient fait plusieurs morts à Charlottesville

 

Certes, le phénomène est déjà présent en Europe mais il reste moins développé qu'aux USA, en partie parce que la liberté d'expression y est plus encadrée. Ceci dit, étant donné que tout ce qui naît aux USA finit tôt ou tard par arriver chez nous, il faut s'attendre à ce que des mouvements similaires soient de plus en plus présents ici. Les séjours en Europe toujours plus nombreux de Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump et artisan de l'alt-right, le montrent. Tout ça pour dire que l'extrême droite d'aujourd'hui est un avant-goût soft de l'alt-right de demain.

En finissant d’écrire cet email, je checke Google News pour faire une pause et tombe sur cette actualité : "Démantèlement d'un groupe d'ultra-droite soupçonné d'un projet d'attaque".

 

***

Pour vous désabonner, cliquez ici.

Pour accéder à la version web de ce billet et des précédents, cliquez ici.

ABONNEZ-VOUS

Recevez mes billets par email : idéal pour se cultiver tout en se changeant les idées.