Sélectionner une page

La confiance des Français envers les médias traditionnels s'effondre : seulement 24% d'entre eux leur font confiance, contre 35% il y a un an. C'est ce que montre, entre autres choses, le rapport annuel du Reuters Institute qui est sorti la semaine dernière. Par rapport aux autres pays étudiés, la France se classe en avant-dernière position.

 

1.jpg

 

Or, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme : si on ne fait plus confiance à certaines sources d'information, on en cherchera forcément d'autres qui semblent plus crédibles. C'est dans cette dynamique qu'émergent de nouveaux acteurs médiatiques qui acquièrent des audiences toujours plus larges. Sans surprise, la très grande majorité d'entre eux vivent à travers internet. Il peut s'agir de magazines, de comptes Twitter, de pages Facebook, de blogs ou de chaînes YouTube.

Parmi ces dernières, une chaîne tire son épingle du jeu : Thinkerview. A tel point que Marianne y a récemment consacré un article ("Le phénomène ThinkerView ou le triomphe de l'info non-formatée") en expliquant que la chaîne "semble surtout répondre à un besoin inassouvi de comprendre la complexité du monde".

 

 

Comment ça marche ? A quelques semaines d'intervalle, Thinkerview interviewe des personnes aux expertises diverses sur des sujets de fond. On y parle évidemment politique mais aussi environnement, géopolitique, finance, journalisme, etc.

 

3.jpg

 

Cette chaîne a autant de succès (elle compte plus de 377 000 abonnés) parce que :

  • Elle invite des personnes que l'on ne voit pas forcément dans les médias traditionnels ;
  • Elle aborde des sujets "importants" dont les médias traditionnels se saisissent mal ;
  • Le format est long (autour d'1h30) et permet de traiter les sujets abordés en profondeur ;
  • La langue de bois n'y est pas pratiquée, on y parle librement ;
  • Le format en "one-to-one" exclut de facto les clashs et les engueulades que l'on retrouve si souvent sur les plateaux TV lorsque des sujets controversés sont abordés et qui, de ce fait, rendent les échanges stériles sinon insupportables.

 

4.jpg

Gaël Giraud fait preuve d'une pédagogie exceptionnelle en nous parlant d'un sujet complexe : les fragilités extrêmes du système financier

 

Les interviews que j'ai préférées sont celles de :

  1. Gaël Giraud (économiste en chef de l'Agence française de développement) sur les failles du système bancaire ;
  2. Juan Branco (dont j'ai déjà parlé dans ce post) sur son livre "Crépuscule" et les collusions entre les sphères politiques, économiques et médiatiques ;
  3. Jean-Marc Jancovici (membre du Haut Conseil pour le Climat) sur la crise énergétique à venir ;
  4. Edwy Plenel (Directeur du journal « Mediapart ») sur la situation politique du pays.

 

Alors, oui, les titres des vidéos sont un peu racoleurs mais le contenu vaut vraiment la peine d'être regardé.

 

***

 

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Pour accéder à la version web de ce billet et des précédents, cliquez ici.

ABONNEZ-VOUS

Recevez mes billets par email : idéal pour se cultiver tout en se changeant les idées.