Sélectionner une page

Il y a tout juste une semaine, le gouvernement néo-zélandais mené par Jacinda Ardern a voté un budget entièrement consacré à l'amélioration du bien-être de sa population.

 

 

Certains d'entre vous savent que je m'intéresse beaucoup au sujet du bien-être. Non, je ne parle pas de développement personnel, de yoga ou de massage. En termes scientifiques, le bien-être est l'état qui détermine si une personne se sent bien, s'épanouie et est satisfaite de sa situation dans un contexte donné, comme son travail, sa ville ou sa vie en général.

 

Le Ministre des Finances tient un exemplaire du budget 2019 dans les mains

 

Parmi les domaines visés par le nouveau budget, on retrouve la violence domestique, la précarité chez les enfants, etc. Cependant, l'élément central en est la santé mentale qui, selon l'OMS, représentera le plus gros problème de santé dans le monde d'ici 2030. De fait, des troubles comme les addictions, la dépression et l'anxiété touchent toujours plus de personnes.

Petite réflexion personnelle sur cette actualité lourde de sens : si l'on considère que l'environnement et les personnes sont les deux grandes entités impactées par les activités humaines, les approches politiques et économiques les concernant vont radicalement changer. Hier, l'environnement était oublié des politiques publiques. Demain, il sera protégé par des politiques publiques écologiques. Quant aux personnes, les politiques économiques d'hier visaient la croissance et le plein emploi afin de favoriser l'élévation de leur niveau de vie et l'acquisition de richesses matérielles. Demain, ces mêmes politiques viseront un développement du bien-être.

 

 

En fait, le bien-être et l'écologie sont probablement deux faces d'une seule et même pièce. Seule condition, tout ce que j'ai décrit plus haut ne peut voir le jour sans une grande stabilité (géo-politique, énergétique, financière, etc.) qui est loin d'être garantie.

Bonne fin de semaine,

Charles

 

***

 

Pour vous désabonner, cliquez ici.

Pour accéder à la version web de ce billet et des précédents, cliquez ici.

ABONNEZ-VOUS

Recevez mes billets par email : idéal pour se cultiver tout en se changeant les idées.