Sélectionner une page

Salut tout le monde,

 

On m'a récemment fait parvenir cette enquête de la revue de gauche américaine "Jacobin" qui apporte des enseignements très intéressants sur les éléments nécessaires à la construction d'une coalition électorale de gauche à même de rallier la "working-class". Cette enquête a uniquement été menée aux Etats-Unis.

 

(Une précision : dans ce billet, je ne traduis pas "working class" par "classe ouvrière" qui, je trouve, ne représente pas correctement ce grand ensemble de personnes qui travaillent aujourd'hui en tant qu'ouvriers mais aussi employés, auto-entrepreneurs, etc.)

 

Pour accéder à l'enquête, cliquez sur ce lien

 

Voilà les principaux enseignements de l'enquête :

  1. Les électeurs de la "working-class" préfèrent les candidats progressistes qui s'intéressent d'abord aux grands thèmes économiques et sociaux, et qui les retranscrivent en des termes universels.
  2. Les discours populistes et qui célèbrent la "working class" face aux élites sont plus convaincants que les messages de gauche classiques. 
  3. Les partis progressistes n'ont pas besoin d'aborder largement les thèmes sociétaux pour convaincre les électeurs de la "working class". En revanche, une rhétorique basée sur les identités (à part l'anti-racisme) les font fuir.
  4. Sans surprise, les électeurs de la "working class" préfèrent les candidats qui en sont issue.
  5. Les électeurs de la "working class" sont très sensibles aux discours des candidats, et accordent davantage de crédit aux discours populistes qu'aux discours "woke".

 

 

En utilisant ces éléments de discours, une frange des Démocrates portée notamment par Bernie Sanders et AOC, a su remobiliser l'électorat de gauche aux Etats-Unis.

 

Bon weekend !

 

Charles

ABONNEZ-VOUS

Recevez mes billets par email : idéal pour se cultiver tout en se changeant les idées.