Sélectionner une page

Il y a plusieurs mois, j'avais vu un reportage diffusé sur France 5 intitulé "Notre pain est-il dans le pétrin ?" qui m'avait beaucoup marqué.

 

 

Il montrait comment cet élément essentiel de nos repas avait perdu en qualité pour satisfaire des objectifs de rendement. Conséquences : moins de goût, perte de ses valeurs nutritives, durée de conservation réduite et moins bonne digestibilité due à une explosion de la proportion de gluten.

Pour contrer cette tendance, des boulangers reviennent à des méthodes traditionnelles de fabrication du pain avec des farines faites de blés anciens, un levain naturel et un pétrissage à la main.

Maxime Bussy est l'un d'entre eux. Il tient une petite boulangerie dans le 20ème arrondissement de Paris. Il apparaît dans le reportage dont je parlais plus haut, c'est comme ça que j'ai entendu parler de lui.

 

 

Hier après-midi, j'ai voulu goûter son "pain vivant" alors je me suis rendu au Bricheton, sa boulangerie.

 

 

La devanture est très discrète et sans enseigne. J'ai de la chance, il n'y a pas grand monde. J'avais lu qu'il pouvait y avoir un peu d'attente.

 

 

Une carte décrit sa spécialité et détaille ses horaires plutôt restreints : Maxime a besoin de temps pour faire son pain.

 

 

Il me présente les différents pains qui sont disponibles. Je jette mon dévolu sur un gros pain avec de la farine de blé et de seigle. Son prix : 9€.

Maxime m'indique qu'il peut se garder plus d'une semaine en étant enveloppé dans un torchon.

 

 

Sa mie est épaisse et marron, comme devrait l'être une "vraie" mie de pain.

 

 

Ce matin, je m'en suis fait une tartine avec du beurre et de la confiture : un régale.

 

  • Le Bricheton, 50 Rue de la Réunion, 75020 Paris ;
  • Sa page Facebook.

 

***

 

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Pour accéder à la version web de ce billet et des précédents, cliquez ici.

ABONNEZ-VOUS

Recevez mes billets par email : idéal pour se cultiver tout en se changeant les idées.