Sélectionner une page

Bonjour tour le monde,

 

J'espère que vous allez bien 🙂

 

Dans 2 jours, c'est la rentrée des classes et c'est l'occasion pour moi de vous parler d'un type d'écoles un peu particulier : des écoles où les enfants font ce qu'ils veulent.

 

Enfin, presque – je vous explique 😉

 

Photo de groupe prise à l'Ecole Dynamique de Paris

 

Cet été, lors de repas de famille, on a parlé plusieurs fois d'éducation : la question est aussi intéressante que sensible, aussi bien pour les parents que les non-parents.

 

Les adultes étant d'anciens élèves, l'éducation fait partie de ces sujets sur lequel nous avons toutes et tous un avis, souvent passionné.

 

Or, à chaque fois que je participe à une conversation sur l'éducation, je ne peux pas m'empêcher de mentionner un témoignage qui m'a beaucoup fait cheminer.

 

C'est celui de Ramïn Farhangi qui, encore étudiant, est parti explorer plusieurs écoles du réseau Sudbury :

 


Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo

 

Revenu transformé de son voyage, il créa une école de ce type à Paris : l'Ecole Dynamique.

 

Brut y a même consacré un reportage :

 


Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo

 

Contrairement à certaines écoles alternatives, comme les écoles Montessori, ces écoles font bien attention à ne pas cultiver un entre-soi social grâce à un système de frais d'inscription dégressifs qui permettent aux familles à bas revenus d'y inscrire leurs enfants.

 

Généralement, comme le dit Ramïn dans la vidéo, on observe chez les élèves de ces écoles :

  • De meilleures compétences socio-émotionnelles ;
  • De meilleurs performances scolaires aux examens standardisés comme le brevet ou le BAC ;
  • Un meilleur sentiment de bien-être ;
  • Une plus grande adhésion au concept d'école et aux cadres règlementaires qui sont définis avec les élèves.

 

 

Il n'est pas question ici de mettre l'Education Nationale sens dessus dessous – ce serait irréaliste d'appliquer ce modèle du jour au lendemain.

 

Ceci dit, à une époque où l'école est clairement en crise (refus croissant de l'autorité, mal-être des élèves, violences à l'école, crise des vocations chez les enseignants, décalage entre les formations et les aspirations des élèves, etc.), ce type de pédagogie, qui est à l'opposé du système classique, a le mérite de poser un tas questions tout en apportant des résultats prometteurs.

 

Malheureusement, aujourd'hui, l'école consiste surtout à transmettre des compétences qui seront utiles au marché du travail.

 

Au lieu de donner des clés à des citoyens éclairés, autonomes, collaboratifs, elle s'attache surtout à former de futurs employés compétitifs qui se retrouveront sur un marché du travail globalisé et très concurrentiel.

 

Et si on réinventait l'école ? 🙂

 

Bonne rentrée !

 

Charles

 

Pour aller plus loin :

ABONNEZ-VOUS

Recevez mes billets par email : idéal pour se cultiver tout en se changeant les idées.