Sélectionner une page

Dans les médias ou sur internet, on l'appelle "AOC". C'est d'ailleurs le pseudo qu'elle a choisie sur Twitter : @AOC.

 

 

De son vrai nom, Alexandria Ocasio-Cortez est la plus jeune candidate jamais élue au congrès américain. C'est l'année dernière qu'elle s'est fait connaître pour avoir battu, lors des primaires démocrates des élections de mi-mandat, Jospeh Crowley, un des démocrates les plus puissants du pays.

 

 

Comme Obama dix ans auparavant, elle partait désavantagée vis-à-vis de son adversaire beaucoup plus connu (cela faisait 10 mandats qu'il officiait) et dont la campagne était bien mieux dotée : 194 000 $ pour la campagne d'Ocasio-Cortez contre 3,4 millions pour celle de Crowley, soit 17 fois plus.

Et, comme Obama en 2008, elle a su utiliser habilement les réseaux sociaux et mener une excellente campagne de terrain qui ralliera les abstentionnistes à sa cause.

 

 

Lors de l'élection générale face au Républicain Anthony Pappas, elle remporte une victoire écrasante avec 78% des voix. A seulement 29 ans, elle est aujourd'hui représentante du 14ème district de l'État de New York à la Chambre des Représentants.

Sa trajectoire fascine beaucoup parce qu'elle a tout d'une histoire dont les Américains raffolent : fille d'immigrés porto-ricains et née dans le Bronx, elle suit une scolarité brillante à Boston University. En 2008, son père meurt d'un cancer du poumon sans avoir rédigé de testament : sa mère (femme de ménage et conductrice de bus scolaire) est menacée de se voir saisir l'appartement dans lequel ils vivaient. AOC commence alors à travailler en tant que serveuse pour aider financièrement sa mère, et ce, jusqu'au début de sa campagne en 2018.

 

 

Clairement de gauche, elle critique ouvertement le système capitaliste, défend les immigrés, les minorités et les classes sociales défavorisées. Elle lutte aussi pour le Green New Deal, un gigantesque plan d'investissement qui vise à stopper le réchauffement climatique et à orienter l'économie vers des énergies décarbonnées.

 

 

Je ne vous en dis pas plus sur AOC qui mériterait plus d'un billet. Si vous souhaitez en savoir plus sur elle, je vous recommande de regarder l'excellent documentaire "Cap sur le Congrès" (primé au festival de Sundance) qui suit quatre femmes issues de la société civile lors de leur campagne électorale – AOC y crève l'écran.

 

 

Enfin, vous avez peut-être entendu parler d'AOC au cours des derniers jours puisqu'elle a réussi à diriger l'attention des médias vers le scandale des conditions de détention d'immigrés sud-américains dans des centres situés à la frontière des Etats-Unis avec le Mexique.

 

 

AOC plaît énormément à gauche et chez les jeunes parce qu'elle incarne un vrai renouveau : elle n'est pas professionnelle de la politique et elle se bat contre les intérêts privés.

Obama a été le premier président noir des Etats-Unis, AOC sera peut-être la première latina. C'est tout le mal que je lui souhaite.

Bonne fin de semaine,

Charles

 

***

 

Pour vous désabonner, cliquez ici.

Pour accéder à la version web de ce billet et des précédents, cliquez ici.

ABONNEZ-VOUS

Recevez mes billets par email : idéal pour se cultiver tout en se changeant les idées.